[]

Lycée Molière

Accueil Vie du Lycée Voyages Voyage culturel d’élèves de 3ème.,4ème et 5ème. CORDOUE - SEVILLE - (...)

Voyages

Voyage culturel d’élèves de 3ème.,4ème et 5ème. CORDOUE - SEVILLE - GRENADE...Avril 2011

par Paul Dechamps / vendredi 11 janvier 2013

Douceurs mauresques : le Lycée Molière au coeur de la gracieuse Andalousie...

C’est sous la conduite de Monsieur Cochez - préfet des Etudes -, de Monsieur Vols – préfet de Discipline -, et de Mademoiselle Fantoni – professeur de Français, que nos élèves de 3e, 4e et 5e années se sont envolés ce lundi 4 avril en direction de l’Andalousie pour un voyage d’une semaine à la découverte de Cordoue, Séville et Grenade.

Deux jours de visite nous y attendent, à la découverte d’une ville ancienne et culturellement très riche qui a notamment vu naître le célèbre philosophe Sénèque. Ancienne capitale de l’Andalousie et la plus grande ville de la péninsule ibérique à l’époque romaine, Cordoue était très active dans de nombreux domaines, avec un goût prononcé pour la culture. De cette époque, Cordoue conserve une architecture monumentale et de nombreux spécimens de palais et d’édifices dans les styles mauresques ou gothiques

Témoin du temps où la ville était la capitale d’un califat tourné vers les arts et les sciences, la Mezquita, l’immense mosquée décorée de peintures et de sculptures fait partie de ces monuments que l’on n’oublie pas. Aucune église, sans doute, ne peut rivaliser avec cette nuée de colonnes (850 au total), ces centaines de travées, cet immense patio et ces multitudes de couleurs…

Le guide passionné (et passionnant) nous apprend que cette mosquée est la plus grande du monde après celle de La Mecque, couvrant une superficie de près de 2,5 ha.

Nous nous promenons ensuite dans le vieux quartier de la Juderia, le quartier juif, où nous nous perdons avec joie dans son dédale de petites ruelles pleines de charmes, bordées de maisons blanches. Au bord des eaux du Guadalquivir, sur la rive gauche, nous pénétrons dans la Torre de la Calahorra, la « tour du château libre », érigée en 1369 pour protéger la ville. Considérée comme le Musée des Trois Cultures, elle retrace l’histoire de Cordoue et du califat au travers de nombreux documents audiovisuels. Nous pouvons également y observer une impressionnante maquette de la Grande Mosquée dans son état initial au 13e siècle.

Notre deuxième cité n’est autre que Séville, capitale actuelle de l’Andalousie, tour à tour occupée par les musulmans, les catholiques et les juifs. De ces différentes occupations, la ville a su intelligemment garder les richesses culturelles qu’elle a brassées en un savant mélange sur tous les plans (monuments, cultures, artistes, etc.).

Au carrefour de ces trois cultures, Séville est une ville unique. Sa cathédrale gothique – la plus grande au monde – est imposante. En faisant le tour de l’édifice, nous pouvons apprécier ses proportions et ses statues.

Que dire de la beauté de l’Alcazar, ville dans la ville où résidèrent les premiers rois espagnols au Moyen Age. Ici aussi, les Arabes ont laissé leur empreinte enivrante : celle de l’odeur des orangers et du jasmin… Odeur que nous sentirons d’ailleurs partout, tout au long de notre voyage andalou.

Et voici Grenade, une cité qui n’en finit pas de faire rêver. Déjà entre le 12e et le 14e siècle, la ville possédait une aura culturelle au-delà des frontières. Sous la domination des Maures, puis sous celle des rois catholiques, Grenade s’ornera de nombreux monuments dont la célèbre Alhambra, incontournable réalisation mauresque.

Alhambra signifie « rouge » en arabe. A la fois ville, forteresse et palais des rois de la dynastie nasride, l’Alhambra domine la ville et se dessine sur les montagnes de la Sierra Nevada.

Il nous faut plus de deux heures pour faire le tour de l’ensemble, à savoir la ville militaire fortifiée nommée l’Alcabaza, le palais d’été du Generalife et, bien entendu, les somptueux jardins. Arbres, rosiers, bassins, jets d’eau… les jardins doivent sans doute être un havre de paix sans les millions de visiteurs qui y déambulent chaque année !

Aux pieds de l’Alhambra, nous découvrons le quartier de l’Albaicin, classé au patrimoine mondial de l’humanité, avec ses ruelles, ses odeurs d’épices, ses vieux ponts et ses petits jardins entretenus. L’Albaicin accueillit les musulmans au lendemain de la prise de la ville en 1492 et est aujourd’hui habité par la bourgeoisie grenadine.

Le détour par la ville basse, le cœur de Grenade, est étonnant. Les grands axes bordés d’immeubles, de restaurants et de boutiques côtoient les ruelles des vieux quartiers et de l’ancien souk.

Bien que Grenade soit certes somptueuse et attachante, il aurait été dommage d’oublier la richesse de ses environs, notamment les sommets de la Sierra Nevada et les petits villages des Alpujarras, accrochés aux pentes. Notre dernière excursion nous a ainsi emmenés sur le flanc sud de la Sierra pour une randonnée pédestre de toute beauté, à la découverte de la faune et la flore de la région, et des villages berbères qui servaient autrefois de refuges aux morisques, ces ex-musulmans dont la conversion au christianisme soulevait quelques doutes en haut lieu.

Nous quittons la belle Grenade pour la côte touristique de Torremolinos où nous séjournerons les deux dernières nuits. Chouette, l’hôtel est pourvu d’une piscine ! Dès leur arrivée, les garçons y plongent… pour bien vite en sortir : après tout, il est déjà 19h00 et les soirées de début avril ne sont pas encore caniculaires ! Heureusement, la plage n’est pas loin, et il fera bon s’y promener après souper.

Une dernière soirée à la plage, une promenade dans les rues commerçantes de Torremolinos, un petit resto typique, des tapas ou une tortilla… Et c’est ainsi que prend fin notre escapade andalouse. Une région qu’il nous a plu de parcourir, de découvrir et d’aimer tout simplement…

UN TOUT GRAND MERCI à Emmanuelle FANTONI, à Alain COCHEZ et à Claude VOLS, inspirateurs, organisateurs, accompagnateurs d’un si beau voyage, sans oublier notre superviseur Gerald MANSVELT...